Recherches sur la gestion de la diversité culturelle
Dirk Jacobs

Mesurer l’égalité des chances et la cohésion sociale dans une grande ville multiculturelle


La Fondation Roi Baudouin a confié à Dirk Jacobs et d’autres chercheurs du GERME (Institut de Sociologie et Faculté de Philosophie et Sciences sociales), le soin d’approfondir l’analyse comparative des résultats de 2015 aux tests PISA en Flandre et en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Téléchargez la fiche complète du projet de Dirk Jacobs en PDF.

Le centre de Bruxelles avec l’identification des zones privilégiées (orange), mixtes (bleu) et défavorisées (jaune) (recensement 2011)

Biographie

dirkNé en 1971. Docteur en sciences sociales de l’Université d’Utrecht (1998), Licence en Sociologie de l’Université de Gand (1993). Postdoctorat à la KULeuven. Chercheur dans le Groupe de recherche sur les Relations Ethniques, les Migrations, et l’Egalité (GERME) de l’Institut de Sociologie de l’ULB.

Cliquez ici pour lire davantage à ce propos

Le projet

1. Vivre ensemble dans la diversité

Assurer la cohésion sociale et l’égalité des chances pour tous est un défi majeur pour la plupart des grandes villes en Europe. Désormais, nous pouvons observer qu’à la problématique de stratification sociale (= la perpétuation d’inégalités sociales à travers les générations) se superpose progressivement celle de la diversité ethnique.

L’ethnicisation de la stratification sociale se traduit également de façon spatiale, dans l’espace urbain. Surtout pour les descendants des immigrés issus de pays non européens, la méritocratie s’apparente à une vaine promesse.

A cause du disfonctionnement du système d’éducation, du phénomène de la ségrégation scolaire et d’un niveau de discrimination élevé, des couches entières de la population urbaine se trouvent enfermées dans des quartiers défavorisés.

Des enquêtes sociologiques concernant les attitudes socio-culturelles, le (dis)fonctionnement du système d’enseignement et l’impact des réseaux de sociabilité dans le contexte urbain, sont essentielles afin d’aider à surmonter ces défis.

2. Des études sociologiques qui comptent

Bruxelles est une des régions les plus riches d’Europe mais néanmoins une partie substantielle de la population se situe au seuil de la pauvreté et habite dans des quartiers défavorisés. Plusieurs indicateurs socio-économiques se trouvent dans le rouge et la superposition d’une diversité ethnique marquée par un contexte d’inégalités sociales majeures constitue un danger croissant pour la cohésion sociale dans notre tissu urbain.

Trois pôles de recherche

D’une part, le système éducatif devrait assurer une égalité des chances et promouvoir le dialogue interculturel. Malheureusement, il peine à assurer le minimum de compétences pour une grande partie de la jeunesse. Des enquêtes académiques robustes sont nécessaires pour identifier les mesures nécessaires afin de surmonter cette situation tragique et assurer l’égalité des chances pour tous.

D’autre part, si des conditions socio-économiques équitables sont une nécessité pour assurer une bonne cohésion sociale, le «capital social» de chaque individu (au sens sociologique du terme: «social d’acquaintances») est également nécessaire pour permettre l’apparition d’un sentiment d’appartenance à un groupe. La société civile est un des lieux qui peut générer le capital social et nécessite donc une étude approfondie.

En surmontant les stéréotypes tenaces, nos enquêtes sociologiques permettront de mieux comprendre la dynamique des réseaux de sociabilité et le rôle joué par les associations civiques -notamment des minorités- pour souder la cohésion sociale.

Enfin, le monitoring de tendances dans les attitudes socio-culturelles de différents groupes sociaux est crucial si on souhaite intervenir et essayer de stimuler la compréhension mutuelle.

3. Etudier les obstacles et les opportunités pour assurer une cohésion sociale durable

1. Un système d’enseignement à plusieurs vitesses

La fameuse enquête PISA démontre que le système d’enseignement en Belgique est hautement ségrégué et est en train de gaspiller des talents.

En effet, en Belgique, l’écart de performances entres les élèves issus de l’immigration et les autres élèves est immense. Il s’agit d’un des écarts les plus importants du monde industrialisé.

Cette situation exige une analyse approfondie de l’échec de notre système éducatif.

Dans le projet EQUOP, financé par le European Research Council (ERC), nos chercheurs abordent cette thématique de façon quantitative, en se focalisant sur les ressources différenciées des équipes scolaires et plus particulièrement le rôle du sentiment d’efficacité des enseignants.

Pan complémentaire et indispensable aux analyses statistiques, nous avons besoin d’analyses qualitatives afin de mieux comprendre les dynamiques des ressources des équipes scolaires et leur impact sur les opportunités éducationnelles.

Comment est-ce que les élèves, parents, enseignants et décideurs perçoivent-ils le champ de l’enseignement (et plus particulièrement la question du choix scolaire) et dans quel mesure est-ce que ces visions entravent ou stimulent-elles l’idéal d’une société méritocratique?

En complément à des analyses statistiques traditionnelles, nous serons donc amenés à identifier les bonnes pratiques qui assurent un environnement scolaire sain, diversifié et efficace.

2. Capital social des immigrés, Identification mutuelle et associations civiques

Les inégalités socio-économiques et les différences culturelles sont une source de conflits latents qui peuvent parfois mener à des situations explosives que les médias relaient fréquemment.

L’identification mutuelle et le sentiment collectif d’appartenance sont des piliers qui permettent de garantir un minimum de cohésion sociale.

Plus les réseaux sociaux sont inclusifs, plus il devient probable que les antagonismes structuraux peuvent être adressés de façon coopérative. Les associations civiques sont un des lieux où le capital social peut être généré.

Bien que les associations de minorités ethniques soient souvent considérées comme des entités repliées sur elles-mêmes, nous devons examiner dans quelle mesure elles peuvent servir de ponts avec la société.

Etudier les régularités dans la formation de réseaux entre associations civiques (et leur impact sur la coopération intergroupe) nous permet de formuler des pistes potentielles de politiques publiques qui auraient le pouvoir de stimuler les interactions intergroupes.

Sonder la cohésion sociale et faire du monitoring des attitudes socio-culturelles

Afin de faire une cartographie de la cohésion sociale dans un contexte où la diversité ethnique est prononcée et où les clivages socio-économiques sont profonds, nous devons faire le suivi de l’identification et de l’acceptation mutuelle par différents groupes sociaux dont les styles de vie à l’échelle individuelle sont dominants ou alternatifs.

Faire du monitoring des attitudes socio-culturelles (sentiment d’appartenance, confiance, perspectives sur la démocratie, les grandeurs et les choix de vie) à la fois des membres des groupes de minorités ethniques et des membres de groupes de majorités ethniques est ainsi essentiel.

La Belgique est un pays particulièrement fascinant et complexe à approcher, vu que la lutte politique entre les groupes linguistiques dominants a des conséquences sur la vie des minorités ethno-culturelles.

4. GERME : Groupe d’Étude sur les Relations Ethniques,  les Migrations et l’Égalité (Institut de sociologie, ULB)

Dirk Jacobs est affilié au GERME (Institut de sociologie, ULB), un centre de recherche qui se focalise sur l’étude des processus d’inclusion et d’exclusion sociale dans des sociétés diverses marquées par les inégalités sociales.
Initialement, le GERME focalisait ses activités sur les questions portant sur le racisme, l’immigration, l’exclusion et l’ethnicité.

Désormais, les chercheurs du GERME travaillent sur un large éventail de thématiques: pratiques de citoyenneté, multiculturalisme, politique d’intégration des immigrés, politiques urbaines, relations de genre, xénophobie, accès au marché de l’emploi, enseignement, culture, religion, participation politique, réseaux de sociabilité et stratification sociale.

Parmi les études qui ont connu le plus de résonance, on peut mentionner le projet Migrant Integration Policy Index qui a effectué une étude comparative des politiques d’intégration des immigrés à l’échelle européenne, l’enquête ROUTE qui a étudié les trajectoires des nouveaux arrivants, l’enquête EURISLAM et le Immigrant Citizen Survey.

Le GERME étudie tant les réponses étatiques à la diversité ethnique et aux inégalités sociales, que l’expérience vécue par les citoyens des sociétés marquées fortement par la diversité et les divisions des classes. Le GERME étudie la mobilisation sociale et politique, tant des groupes marginalisés que des groupes privilégiés.

L’équipe investit dans l’expertise méthodologique afin de pouvoir affronter tant les questions ethnographiques que les analyses de statistiques multivariées avancées.

Budget sur 4 ans

Ce projet permettra d’aider à réformer le système éducatif belge, afin d’assurer l’usage optimal de notre capital humain.

Le financement sollicité donnera la possibilité au GERME d’augmenter l’impact de la recherche sociologique sur les politiques publiques visant à augmenter l’égalité des chances et la cohésion sociale.

Ces projets amènent sur le terrain la sociologie qui est souvent vue à tort, comme une simple discipline académique. Ceci, évidemment, en assurant les meilleurs standards scientifiques.

Avec sa prestigieuse bourse ERC, Dirk Jacobs est déjà capable de poursuivre son analyse statistique innovante sur les inégalités des chances dans le système éducatif belge.

Néanmoins, afin de pouvoir proposer des réponses politiques adéquates, il est nécessaire de développer également des enquêtes à méthodologie qualitative qui permettront de dresser des bonnes pratiques.

Par ailleurs, le GERME doit pouvoir poursuivre ses projets sur les réseaux de sociabilité des organisations des minorités ethniques dont les résultats ont été largement reconnus internationalement.

En somme, ces recherches sociologiques apporteront des réponses qui feront la différence dans une société qui apparaît de plus en plus segmentée.

Cliquez ici pour dérouler le tableau du budget

Autre

La fiche du projet en PDF est accessible ici.