Vers une théorie organisationnelle de l’économie industrielle
Patrick Legros

Quels sont les moteurs de l’innovation en médecine ?


Les structures organisationnelles influencent la performance des entreprises et leurs incitations à investir en recherche et développement.

Description du projet en pdf

Biographie

Né   en   1958.   Docteur    en   Economie (Paris  XII),  Ph.D.  en  Sciences Sociales (California Institute of Technology). Professeur d‟Economie à la Solvay BS- EM/ULB, Ancien  Directeur et  Fellow  à ECARES (SBSEM/ULB), Fellow  du Centre for Economic  Policy Research (London).  Il été  professeur invité  dans diverses Universités dont Erasmus U et le  MIT. Membre du  Economic Advisory Group on Competition Policy de la Commission Européenne. Le Pr. Patrick

Legros    a   été    un   des    lauréats   du premier « Review of Economics Tour ». Il est  titulaire d‟un European Research Council Advanced Grant pour le développement d‟une «Organizational Industrial Organisation». Le Pr. Patrick Legros a reçu de prestigieux financements dont notamment: le FNRS, la Fédération Wa llonie-Bruxelles, la Comission Européenne et l’European Research Council.

Le projet

1 -Repenser l’économie industrielle

L‟objectif de  ma  recherche est de développer une théorie de l‟économie  industrielle basée sur une vision de l‟entreprise dans laquelle   les    conflits   d‟intérêts entre différents participants définissent les frontières des entreprises  (droits  de  propriétés et  droits  de  décisions)  ainsi  que leurs performances.

Cette  théorie élargit le champ d‟analyse des industries et contribue    également    à     une nouvelle compréhension de notions fondamentales telles que les  déterminants  de  la taille  et le champ des produits d’entreprises, la dynamique des fusions et  cessions d‟entreprises, et les moteurs de l‟innovation; ces derniers deux thèmes sont les points focaux de mon projet.

Le projet du  Pr. Patrick Legros (ECARES/Solvay BSEM) est  également ancré dans  le I³h, l‟Institute for Interdisciplinary Innovation in Healthcare de l‟ULB qui vise à développer du savoir scientifique et des programmes pour promouvoir de nouveaux modèles d‟innovation en médecine.

2 -APPROCHE ORGANISATIONNELLE DU PROCESSUS D’INNOVATION EN MÉDECINE

L’innovation en médecine

Innover en médecine est, probablement  plus  que   dans d’autres industries ,  un processus lent, risqué, coûteux, qui met  en  cause de nombreux   participants   avec des  objectifs différents, et parfois opposés.

Le  chemin  est   en  effet   long entre le laboratoire académique  ou l‟entreprise de biotechnologie    qui    identifie une  nouvelle cellule souche et le traitement qui en découlera au bénéfice des  patients; il passera par    l’entreprise pharmaceutique  qui  fera  les essais cliniques, le régulateur, les   compagnies  d’assurance, les  services  de  sécurité sociale,  et   les  médecins qui prescrivent.

Dans  ce   contexte,  s‟assurer que   les    efforts  d’innovation sont dirigés vers des voies socialement utiles, réduire les délais entre  l’invention  et  le développement d’un médicament  tout  en garantissant son efficacité et  sa sécurité, sont des enjeux sociétaux majeurs.

Une approche organisationnelle

L‟aspect novateur de la recherche proposée est de répondre à ces enjeux  par une approche organisationnelle, à la fois pour le processus d‟innovation  et  pour la  façon dont   les   différentes  activités sont intégrées.

L’organisation du processus d’innovation  influence  de façon directe la volonté  des entreprises     de     collaborer dans leur processus de  R&D (par exemple en partageant l‟informations sur les essais cliniques réussis  ou  avortés), leurs choix  d’investissements et  leur  performance; en retour,  l‟étendue  des fusions influence la performance du processus d‟innovation.

3 -ARBITRER ENTRE LE CIBLAGE ET LE PARTAGE D’INFORMATION EN MÉDECINE

Le  projet   s‟articulera  autour de deux évolutions importantes dans le secteur – le ciblage fin des médicaments et le partage d’informations entre entreprises –   et    analysera leurs conséquences pour  les alliances entre  les  différents niveaux de la chaîne d’innovation, les délais encourus entre le début  de l‟innovation et  la  mise  sur le marché du médicament, et finalement le  prix payé  par la société pour ces innovations.

Les avancées en bio-technologie et en génétique permettent aux entreprises de développer des  médicaments “ciblés”, dont l‟efficacité est limitée à un  nombre restreint de patients ayant des caractéristiques spécifiques.

C’est le  concept de  médecine “personnalisée” ou “médecine de précision”. Lors des  essais cliniques      préalables à l‟approbation des médicaments, ce ciblage  peut  rendre l‟échantillonnage difficile et la précision des résultats des essais cliniques inférieure à celle  obtenue pour des médicaments moins ciblés.

Le partage d‟information  entre entreprises sur leurs réussites ou échecs respectifs d‟essais   cliniques  ainsi   que sur  les  caractéristiques des patients  utilisés  pour ces essais permet d‟augmenter la qualité de  l‟information  mais présente le risque pour les compagnies innovantes de réduire leur avantage  concurrentiel, de ne plus être les premières à  innover  sur cette  “cible” particulière,  et peut  amener les  entreprises à manipuler  cette  information, ou à fusionner, ce  qui réduira la qualité de l‟information.

En contrepartie toutefois, plus le   ciblage   est   fin,  moins  le risque de concurrence est présent  et   il  y  a   donc   une relation   ambiguë   entre    le degré de ciblage  et le désir de partage  de   l‟information,   et rend   d‟autant   plus  important la façon dont le partage d‟information est organisé.

4 -FORMES ORGANISATIONNELLES ET RÉDUCTION D‟EFFETS PERNICIEUX

Détailler le rôle des différents acteurs

Au delà  de cet  arbitrage entre ciblage et partage d’informations, le projet détaillera le  rôle des fusions verticales  ou  horizontales, ainsi  que  celui  du  régulateur dans ce processus de partage d’information, pour encourager la  standardisation de   la   documentation   ou   la codification des essais cliniques, pour la prise en compte des  résultats d’autres entreprises,  ou  pour  le   prix qui sera négocié.

Un des objectifs du  projet  est de mettre en évidence les formes organisationnelles les plus aptes à  réduire certains effets pernicieux du processus d‟échange d‟information.

L’analyse   et   l‟évaluation    de ces  structures de partage d‟information permettront de répondre à des questions telles que: Génèrent-elles trop de ciblage? Y-a-t-il  trop ou  trop peu  de  fusions entre entreprises  spécialisées dans l‟identification de nouveaux marqueurs  génétiques et  les entreprises ayant  un avantage comparatif à  faire  des essais cliniques? Est-ce que le processus modifiera le pouvoir de négociation des différents acteurs pour le partage du profit futur, du prix négocié et aura par conséquent des effets néfastes sur la volonté d’innovation ?

La recherche s’appuiera sur les travaux théoriques développés dans le cadre du projet que le Pr. Patrick Legros mène avec le soutien de l’European Research Council (ERC) et sur des travaux récents en théorie de l’information ainsi que de la collecte de données sur les expériences de consortiums

Chemin à parcourir pour un nouveau médicament:
Hypothèse de recherche -> preuve du traitement; essais sur animaux -> petits groupes de patients; augmentation des doses -> plus grands groupes de patients; établir le traitement standard peut être efficace -> grands groupes de patients; essais cliniques plus ciblés: « randomized trials » -> approbation du traitement (dépend des systèmes de réglementation) -> Prix réglementé ou non; utilisation « on » ou « off-label »

 

5 -UN PROJET INTERDISCIPLINAIRE

Ce projet de recherche bénéficiera d‟une infrastruc-ture et d‟un environnement de recherche de qualité à l’ULB.

Une grande partie de la recherche théorique aura lieu au centre de recherche ECARES qui  a  une  réputation internationale dans le domaine de la microéconomie et qui peut   attirer  des chercheurs doctorants et post-doctorants de qualité.

Le soutien du European Research Council a permis à Patrick Legros de créer une équipe de chercheurs travaillant à la frontière de l’économie industrielle et de la théorie des organisations.

En raison du caractère interdisciplinaire du  projet,  la recherche sera également ancrée à l‟institut I3H (récemment créé par le  Pr. Michel Goldman) et bénéficiera de l‟expertise  de ses membres en bio-technologie et consortiums de recherche, ainsi que  de  leurs nombreux contacts dans le secteur médical et pharmaceutique.

Le projet  bénéficiera de l‟expertise des membres de  I’Institut et  permettra de développer un  axe  en  économie de  la santé à ULB. La recherche dans  ce domaine est  surtout axée sur des problématiques propres au système de santé anglo-saxon; un autre apport du projet  est  la prise en compte des spécificités européennes.

Les recherches du Pr. Patrick Legros sont soutenues notamment par:

6 -European Center for Advanced Research in Economics and Statistics

ECARES a été créé en 1991 et est un centre de recherche de la Solvay Brussels School of Economics and Management (ULB).

La recherche des membres d’ECARES est publiée dans les meilleures revues internationales et a été reconnue par l’attribution de trois bourses Startinggrant et d’une bourse Advanced grant de l’European Research Council (ERC).

ECARES est associée avec deux autres centres de recherche en Belgique, CORE (Université Catholique de Louvain) et CES (KU Leuven), pour développer des activités de recherche, d’enseignement et de conseil

7 -Budget requis pour ce projet

Le projet développe des thèmes connexes à ceux développés dans le cadre des  travaux de la bourse ERC mais de nombreux autres thèmes sont complémentaires, en particulier l’organisation des systèmes d’échanges d’information et leurs interactions avec la structure industrielle et la règlementation du secteur médical. En raison du caractère interdisciplinaire du projet, il est nécessaire d’adjoindre à l’équipe existante un collaborateur qualifié en économie de la santé ou en sciences biomédicales.

Le budget prévoit également le financement d’une bourse doctorale; le doctorant sera utilisé comme assistant de recherche pour le projet. Le reste du budget prévoit un budget de fonctionnement, un équipement informatique pour le doctorant et le post doctorant ainsi que l’achat de software spécialisé (en particulier STATA) et l’organisation de conférences et ateliers de travail.

 

Cliquez ici pour dérouler le tableau du budget
BesoinS Montant
Ressources humaines
1 Chercheur post-doctorant en économie
de la santé (3 ans)
150 000€
1 Chercheur doctorant – assistant de
recherche (4ans)
140 000 €
Fonctionnement
Matériel de bureau 2 000 €
Conférence extérieures 14 000 €
MATÉRIEL (4 ans)
Matériel informatique et
logiciels spécialisés
7 500 €
Organisation d’une conférence
Internationale
30 000 €
Organisation d’ateliers et invitation
d’experts
14 000 €
Budget total 357 500 €

Partager cet article :