Ensemble avec le Fonds Erasme, la Fondation ULB lutte contre le Coronavirus

  1. Soutenir l’hôpital Erasme : créer des unités Coronavirus
  2. Diminuer la mortalité: l’angiotensine 1-7
  3. Les bases d’une recherche transversale contre le Coronavirus

1. Soutenir l’hôpital Erasme : créer des unités Coronavirus

Le Fonds Erasme et la Fondation ULB lancent un appel aux dons avec un double objectif : agir au mieux sur le terrain et financer un ambitieux programme de recherche. La situation sanitaire liée à la pandémie de COVID-19 génère une pression importante sur l’ensemble du réseau hospitalier et chaque hôpital tente de faire face à l’afflux croissant de patients infectés. Dans ce contexte exceptionnel, l’Hôpital académique Erasme transforme certaines de ses unités en unités “coronavirus” afin de garantir l’accueil des malades et la qualité des soins prodigués.

  • Un million d’euros sont nécessaires pour transformer des unités d’hospitalisation de l’Hôpital académique Erasme en unités “COVID-19” non-intensives

Ces unités sont appareillées pour réaliser sous surveillance rapprochée tout acte technique dont la dialyse, le support ventilatoire et plus tard la revalidation. Cette transformation coûte 1 million d’euros pour toutes les unités d’hospitalisation, le Service des soins Intensifs et les Urgences, un coût très important pour l’institution. L’Université libre de Bruxelles a d’ores et déjà décidé de financer la transformation d’une unité de soins en unité “COVID-19”.

Une attestation fiscale vous sera envoyé pour tout don égal ou supérieur à 40€

2. Diminuer la mortalité : l’angiotensine 1-7

Par ailleurs, afin de poursuivre, voire intensifier, les prélèvements actuellement réalisés et avec l’objectif de tester, dès à présent, de nouvelles molécules, le Fonds Erasme pour la recherche médicale et la Fondation ULB démarrent un ambitieux programme de recherche fondamentale et clinique sur la maladie.

Ce projet vise à comparer, dans l’immédiat, la perfusion de l’angiotensine 1-7 au traitement “standard” actuellement utilisé en cas de maladie au Coronavirus SARS-CoV-2 en espérant montrer une amélioration significative de l’atteinte pulmonaire et diminuer la mortalité de ces patients.

Il comprendra plusieurs phases aussi bien de recherche fondamentale que clinique. Il réunira des chercheurs de la Faculté de Médecine de l’ULB et de l’Hôpital Erasme: soins intensifs, anatomopathologistes, pneumologues et infectiologues. Des collaborations avec d’autres centres de recherche seront réalisées. Cette recherche permettra de mieux combattre cette maladie et devrait permettre d’enrayer de telles pandémies dans le futur.

Les dons permettront d’aménager les unités à hauteur de 1 million d’euros. Le surplus sera intégralement versé au projet de recherche.

Pour en savoir plus sur l'angiotensine 1-7

L’angiotensine 1-7 est une molécule qui régule l’activité de l’ACE2 et possède une forte activité anti-inflammatoire. Pendant la pandémie actuelle causée par le SARS-CoV-2, le besoin élevé de places en soins intensifs et la mortalité élevée sont responsables d’une grave menace sociale et sanitaire dans le monde entier, nécessitant des interventions urgentes et incisives.

Une fois en contact avec un organisme, le Coronavirus responsable de la pathologie doit être capable de pénétrer dans les cellules pour provoquer la forme grave d’atteinte respiratoire caractéristique de l’infection. Dans le cas de l’épidémie actuelle, la porte d’entrée dans les cellules des poumons est représentée par un composant spécifique de leur membrane, appelé “ACE2” qui, en raison de son lien avec le virus, n’est plus en mesure d’exercer sa fonction normal, entraînant une augmentation incontrôlée de l’inflammation terminant dans les manifestations typiques de la maladie.

L’angiotensine 1-7 est une molécule qui régule l’activité de l’ACE2 et possède une forte activité anti-inflammatoire. Son administration pourrait contribuer à réduire rapidement les symptômes de la maladie chez les malades, en rétablissant l’équilibre que le virus est capable de modifier et en donnant aux patients une chance de se remettre d’une maladie pour laquelle il n’existe pas de remède aujourd’hui. Nous préconisons une étude qui compare la perfusion de l’angiotensine 1-7 au traitement “standard” actuellement utilisé en cas de maladie au Coronavirus SARS-CoV-2 en espérant montrer une amélioration significative de l’atteinte pulmonaire et diminuer la mortalité de ces patients.

3. Les bases scientifiques d’une recherche transversale contre le Coronavirus

En termes de réponses physiopathologiques et immunitaires et de conséquences en Santé Publique

Contexte

La pandémie de SARS-CoV-2, agent responsable de la maladie COVID-19, remplit progressivement les unités de soins spécifiques de l’Hôpital Erasme. Notre hôpital académique s’était préparé depuis plusieurs semaines à cette éventualité. D’ailleurs, grâce à la mobilisation massive de tout son personnel, l’Hôpital Erasme s’adapte encore constamment pour pouvoir faire face à l’afflux de patients annoncé dans les prochains jours et semaines à venir.

L’hôpital académique, outre sa mission d’hôpital de référence pour la santé publique, est aussi un hôpital où la culture de recherche clinique et translationnelle est bien ancrée. De fait, l’hôpital Erasme dispose d’un personnel et de protocoles expérimentés pour mener de front soins et recherche de pointe. La situation actuelle, de par sa gravité, mais aussi sa nouveauté, nous oblige à explorer toutes les facettes possibles que l’épidémie déroule devant nos yeux. Nous savons tous combien le regard scientifique sur des phénomènes tels que celui-ci comporte, hélas, d’opportunité de faire avancer les connaissances et de nouvelles découvertes.

Pour en savor plus
La difficulté est la présence combinée de l’urgence et de l’amplitude des besoins immédiats de soins qui ne permettent pas, sereinement, de développer des protocoles de recherche à court terme. Mais cela ne doit pas nous exonérer de garder notre curiosité scientifique au premier plan. A circonstances exceptionnelles, procédures exceptionnelles.

Projet d’action scientifique

Notre Université comporte de très grandes pointures dans de nombreux domaines scientifiques, comme l’immunologie, la virologie, la physiologie ou encore l’imagerie médicale tant sur Erasme que sur le Biopark de Gosselies. Toutefois, vu la rapidité foudroyante de l’épidémie, l’ensemble de nos experts sont mobilisés sur le terrain auprès des patients. Il suffirait pourtant qu’on leur désigne un chef d’orchestre et quelques aides pour qu’ils puissent en même temps constituer les collectes de données et de matériel nécessaires au développement de protocoles de recherche originaux et productifs.

C’est maintenant qu’il faut agir avec soins et expertises : collecter, référencer, étiqueter, stocker les données cliniques, sérums, échantillons, biopsies, imageries ou tissus des patients infectés par le virus. Nous disposons assurément du know-how à l’Hôpital Erasme, il faut probablement un peu de volume de stockage, mais surtout des mains !
Ensuite, sur des appels compétitifs, ces données seront incluses dans des protocoles s’appuyant sur nos chercheurs.

Afin de pouvoir poser les bases de cet ambitieux projet de recherche, nous sollicitons une aide de deux millions d’euros. En sus, les chercheurs s’assureront d’obtenir les budgets complémentaires à leurs projets de recherche scientifique auprès des habituels bailleurs de fonds de la Recherche.

L’attention que vous porterez à ce projet de recherche est donc cruciale pour l’Hôpital Erasme, l’Université et plus largement, la population. Nous tenons d’ores et déjà à vous en remercier chaleureusement.

Jean-Michel Hougardy
Directeur-Médical (ff)
CUB-ULB Hôpital Erasme

Ressources pour vous informer sur le COVID-19

Partager cet article :